Presque trop !

8 juillet > 9 septembre 2018


Jérémy Asmont

Marion Delage

Stéphane Étroit

Charles Gallissot

Oly Gatet

Bernard Gilbert

Philippe Laurençon

Isabelle Le Morvan

Patrice Lefèvre

Thierry Perrot

Lionel Redon

Étienne Rivière

Malika Uhlen

Où se situe la frontière entre possible et impossible, ce territoire vers lequel on se dirige sans le conquérir ? L'immoralité, le blasphème, l'impudeur ou le politiquement incorrect ? Trop grand, trop minimal, trop envahissant, trop poétique, trop symbolique ou trop drôle ?

 

Presque trop ! est une invitation à chercher cette tension : les gestes, les postures ou les idées sont choisis pour que l’œuvre se maintienne au point de basculement.

Les limites ne sont pas franchies mais presque...

 

 

à Charles




Jérémy Asmont

Williwaw

2018

Bâche plastique, ventilateur, bois

300x350x284 cm

montée : 14' / descente : 11'

Un courant d’air. Régulièrement il se plait à envahir doucement la pièce.

Sa masse blanche prend ainsi forme dans l’espace épousant l’architecture.

Puis soudain, il repart, laissant derrière lui les traces de l’un de ses paysages lointains.



Marion Delage

Limiter la casse

2018

Porcelaine crue

120 x 250 cm

Peaux déposées que la lumière vient caresser, tapis d’écailles, surplus d’écume impossible à saisir. Chercher les vents contraires. Douceur de la courbure, échos du vivant, arêtes tranchantes.

De l'émergence de la forme à la sépulture.

De l’instant à l’usure.

Restes de mue, lambeaux intouchables presque trop fragiles pour résister.

 

Fossiles de l’immobilité.

Contenir les débris, préserver les décombres, esquisser une étendue, donner corps au silence.

Le précieux tend au cruel, le sacré au sacrilège.




Stéphane Étroit

Deux fois (sur le chemin d’une éternité)

(d’après Léon Bonnat)

2018

Installation de deux dessins superposés et déposés sur un cylindre lumineux

Mine graphite sur papier Wenzhou, Plexiglas, câble métallique, éclairage led

200x200x15 cm l’ensemble

Deux fois.

Une pour reprendre.

Et puis. Recommencer.

D’une peinture, le dessein.

L’absorber. S’absorber.

Religieusement. Traits après traits.

Du sujet initial on fera une croix.

Du seul tracé retracé on fera le sujet.

Un commencement se figure par une agonie ;

Un homme est exécuté.

Plus de clous, plus de trous, plus de croix.

Une figure. Une lumière. Des papiers.

Une suspension.

Un envol.

Une montée.

La déposition fait l’ascension.

Le reste, ma foi !




Charles Gallissot

Sans titre

2018

Encre sur papier

195x148 cm

 

 

 

Charles,

 

Tu aimais la beauté graphique des plantes.

 

Tu aimais l'hiver quand les végétaux se parent

d'une couleur sombre, le noir a toujours construit

ta pratique d'artiste.

 

La rencontre, comme une évidence,

et les cinq années de route commune ont tissé des liens qui nous unissent encore.

 

Tu nous as quittés.

Tes dessins nous accompagnent.




Oly Gatet

Bonne fête maman

2018

Mannequin du siècle dernier, tissu, pâtes alimentaires, mercerie

Sur la piste du petit moteur de la créativité enfantine

entre souvenirs et geste présent

je navigue où les fées ne sont pas poètes

où les femmes sont conditionnées par les mères

quelque part avec le goût des nouilles

entre enfiler des perles et fêter l'origine du monde



Bernard Gilbert

Dans la mesure où

2018

Techniques multiples

200x325 cm

1. la vitesse d’essorage de mon lave-linge est de 1200 tr/mn maxi, soit 1200 : 60 = 20 tr/s, soit 20 x 3600 = 72000 tr/h, soit 72000 x 24 = 1 728 000 tr/j ou si l’on préfère 1 728 000 x 365 = 630 720 000 tr/an.

 

2. le jour se lève à raison de 2 999 792 458 m/s, soit en 1 mn : 2 999 792 458 x 60 = 179 987 547 480 m, ou en 1h : 179 987 547 480 x 60 = 10 799 252 848 800 m, ou encore, en 1 j : 10 799 252 848 800 x 24 = 259 182 068 371 200 m, ou bien encore, en 1 al : 259 182 068 371 200 x 365 = 9,4601454955488e+16 m

 

3. en multipliant 630 720 000 (nombre de tours annuels de mon lave-linge) par 9,4601454955488e+16 m (trajet en mètres parcouru par la lumière en 1 année) on obtient la distance (toujours en mètres) à vitesse constante, parcourue par mon appareil électro-ménager en 1 année-lumière.

 

(BG. Juin 2018)



Philippe Laurençon

From my sofa

2018

Photographie argentique couleur

Trois éléments

60x60 cm chaque

De cette proposition, je n’ai retenu que l'aspect cynique des deux mots, comme si au bout du compte, Presque trop, affirmait le débordement incessant d'un trop plein qu'on n'arrête jamais et pour lequel on n'agit pas. Ces images sont une parenthèse, une échappée d’une série en construction qui mêle surimpression argentique au Rolleiflex (*) avec questionnement sur le monde qui nous entoure, non pas de manière présente, mais aux travers de nos fenêtres numériques. Dispositif hybride mêlant technique argentique et numérique, la fixité du support celluloïd contraste avec la versatilité du web et permet ainsi de jouer avec la manipulation numérique. J'ai construit chaque négatif avec des images volées dans les moteurs de recherche du net, comme je pourrais les voler dans la rue… J'ai ensuite rassemblé ces images comme un musicien qui joue un riff jusqu'à saturation.

 

L'absence d'arrière-plan physique n'est qu'illusoire, il est bien là, chacun peut le fantasmer, se l'imaginer. Nous sommes dans la machine, chacun le sait, mais nous n'avons pas tous la même place. Qui regarde qui ?… Depuis quand ?… Jusqu'à quand ?

 

(*) Le Rolleiflex, appareil mythique dont le premier modèle est sorti en 1929, a cette particularité d'être l'outil idéal de la surimpression grâce à son grand verre de visée quadrillé et un obturateur facilement débrayable de l'armement du film.




Isabelle Le Morvan

À main levée

2018

Acétate, encres, mur gris, dispositif lumineux

334x284 cm

Parmi les premiers gestes, sans doute celui de ramasser une pierre au sol puis de la lancer…

Lancer pour voir où elle tombe et peut-être mesurer sa force, lancer pour se défendre, lancer pour tuer.

Le geste civilisé sait aussi tailler la pierre pour créer un outil, bâtir, célébrer…

Le dessin hachuré vient, sous le regard de l’archéologue, donner une image simplifiée du minéral.

Des territoires émergent, le tas ici rappelle sans doute le mur outragé, le corps enseveli, le drame du meurtre religieux.

Lapider et puis…

« Que celui qui n’a jamais fauté lui jette la première pierre. »

Évangile selon Saint-Jean




Patrice Lefèvre

Le monde Asservietti

2018

Guéridon bois, photos papier journal Le monde 2016/2018, ampoule en suspension

52x73 cm

En utilisant le serviettage (technique de loisir créatif dans laquelle il est fait usage de serviettes en papier), l’actualité informative du quotidien Le Monde recouvre, sous la forme d'une nappe, le guéridon de la bonne aventure.

La surabondance de l'image et de l'information dans les médias actuels est interprétée par des objets ordinaires sans connexion avec notre présent. Les photos-évènements qui les saturent deviennent motif décoratif, et par trop plein, perdent leur charge émotive.



Thierry Perrot

Épargnés

2018

Acier, 111 éléments céramiques

150x300x110,5 cm

Les tirelires d’enfants construisent très tôt la nécessité de l’épargne comme celle du sacrifice.

Derrière l’évidence, il y a pourtant cette cartographie de plaques tectoniques qui, du haut de leur fragile ancrage, bougent et se frôlent.

Des territoires colorés s’organisent sur l’apparente innocence d’un animal condamné à être brisé.

Rencontre entre le métal et l’argile, le pot de fer contre le pot de terre, une histoire ancienne sans doute…



Thierry Perrot

Ciel vide

2018

21 éléments céramiques, fil, Plexiglas

120x210x52 cm

Dans le mouvement d’un vent léger, une danse s’organise, comme une farandole pour mieux dissimuler la gravité à venir. On aperçoit des larmes, presque baroques.

Dans les ombres portées se cachent des rencontres.

On pourrait croire aux anges…




Lionel Redon

Étude d’écorce de bouleaux

2017

Impression en quadrichromie sur PVC avec rehauts à la peinture à l’huile et cendre humaine

100x100 cm

 

Étude d’écorce de bouleaux

2017

Photographie contrecollée sur Dibond avec rehauts à la peinture à l’huile et cendre humaine

100x100 cm

 

Deus Ex Machina

2018

Vérin électrique, silicone de moulage, lubrifiant intime, écorce de bouleau, fer, cendre humaine, bouts d’animaux séchés

Dimensions variables



Étienne Rivière

Stase

2018

Métal, durites, système hydraulique, colorant

193x173x4 cm

Ériger.

Répéter un geste pour poser une limite.

S’affairer sur son ouvrage comme d’autres matérialisaient l’attente. Éprouver la longueur, nouer, contraindre.

Proposer un détour, s’arrêter, observer. Voir à travers la trame. Voir en dedans.

L’objet palpite, maintenu en vie, transfusé.

Des liens se tissent, des histoires d’humanité s’invitent.




Malika Uhlen

Hink ad horam

2018

Photographie Noir et blanc sur papier coton

Trois éléments

29x19,5 cm chaque

Je me balance plus vite que toi,

plus haut que toi,

regarde.

Si haut que si je me penche en arrière,

la terre tourne à l'envers.

Je peux en faire le tour,

tu ne me crois pas ?

Puisque je te dis que je sais voler,

regarde.

Si vite, si haut,

si loin que je ne te vois même plus.

Tu as disparu,

tandis que moi je vole.

 

Cyril Herry



© Les Ateliers de l'Esperluette – 2016-2017-2018-2019