Épicentre

9 juillet > 10 septembre 2017


Jérémy Asmont

Natacha Baluteau

Marion Delage

Stéphane Étroit

Charles Gallissot

Aurélie Gatet

Bernard Gilbert

Philippe Laurençon

Isabelle Le Morvan

Patrice Lefèvre

Thierry Perrot

Lionel Redon

Étienne Rivière

Malika Uhlen

L’épicentre est ce lieu où les secrets terrestres se dévoilent : émergence d’une coulée de lave qui témoigne des secousses du magma, enroulement des vents en un point qui préfigure la tornade à venir, naissance des rameaux de l’arbre à partir de son cœur…

 

Pour leur cinquième édition, Les Ateliers de L’Esperluette questionnent ce phénomène et en déclinent des images, littérales ou poétiques. Des arts du feu à la pratique du sténopé, du dessin à la sculpture, les œuvres proposent des rencontres, des circulations qui interrogent le mouvement, celui de l’intimité des corps comme celui des catastrophes.

 

That place where earthly secrets unfold is the epicentre: a tongue of lava oozing out to witness the seizures of the magma deep below the earth, the swirl of wind around the point of the coming tornado, the birth of twigs from the heart of a tree…

 

For their fifth season Les Ateliers de L'Esperluette interrogate the concept and develop images that may be literal or poetic. Our work provokes not only recognition but also reflective exchanges that question this movement in all its manifestations - from bodily intimacy to earthly catastrophes.




Jérémy Asmont

Altitude : N/A

2017

10 éléments

Coquillages broyés et porcelaine, ampoules et câblage électriques

Dimensions variables

Pièces réalisées avec le CRAFT de Limoges

Prendre l'avion de nuit révèle un paysage inaccessible : une prise de recul s'opère au décollage. Constellation artificielle, organisée sous forme de réseau lumineux, des diodes de l'aéroport aux lampadaires des villes qui s'amenuisent au fil de la montée : l'homme façonne le territoire.

Ce projet tente de réinvestir le champ de la cartographie. Aucun tracé préalable ne vient projeter un dessin choisi à l'avance. Bien au contraire, il s'agit ici de laisser libre choix à la matière porcelaine, minérale, et aux coquillages broyés, ajoutés à la composition, afin de proposer un nouveau tracé.

À la cuisson, de nombreux réseaux aléatoires apparaissent dans la matière, rappelant cette vision saisissante des villes, tout en brisant les codes de la cartographie : c'est l'homme qui opère les tracés, dessine les continents. L'ethnocentrisme est mis de côté, la matière est sujette.

 

To take a night flight is to reveal an inaccessible landscape, one which uncoils from the moment of take-off: in an artificial constellation organised in the form of a luminous network : from the runway lamps to the street lights of towns which unfold with the gain in height : mankind crafts its territory.

This project revisits the field of cartography. A drawing chosen in advance has outlines planned beforehand. Here, by way of contrast, it’s a matter of free choice in the mineral material of porcelain and in the ground shells added to the composition which combine to offer new traces and patterns.

In the process of firing more random networks appear in the material, reminding us of that captivating vision of towns, while also flouting the conventions of cartography : it is mankind which makes these traces and draws the continents. Setting ethnocentricity aside, the subject matter is the material.





Natacha Baluteau

Propagation

2017

Cuivre émaillé

30x30 cm

 

Mouvement

2017

Cuivre émaillé

38x30 cm

 

Implosion

2017

Cuivre émaillé

30x30 cm


Expansion 

2017

Cuivre émaillé 

15x15 cm

Partant d'un point source : la flamme. Générer grâce à ce processus une diffusion plus ou moins puissante d'énergie transmise par le métal.

Pour Épicentre, j'ai choisi de travailler un procédé à haute température, utilisant une flamme de gaz. Ce dispositif de propagation du feu sur la plaque, au cœur des couches successives de couleurs, crée une restitution qui s'apparente alors à une onde. Onde de choc en quelque sorte qui peut être légère ou puissante selon l'intensité du feu. Tel un mouvement, la flamme s'expanse, se cogne, se fige, implose, explose ; bruyante, elle surgit, pousse, distancie... Ce procédé s'allie à une respiration du corps qui guide le feu et impulse un souffle intentionnel en spirale. Donner forme à ce qui part du centre et vient rencontrer le métal conducteur.

 

From the point of the source comes fire. The energy from fire surges through the metal with power of varying intensity.

For Epicentre, I’ve chosen to set about working at great heat using a gas flame. Spreading this fire over the copper plate, embedded in successive layers of colour, releases an emerging wave. A kind of shock-wave that can be light or powerful depending on the intensity of the flame. The movement of the flame diffuses, collides, congeals, implodes and explodes; in ferment, the fire surges, swashes and retreats. This is a process like the breathing body which itself guides the fire, infusing it with a spiral coil of air. In this way forms are given to forces developing from a central point of heat as they confront the conductive forces of metal.




Marion Delage

Caryatides

2017

50 éléments en plâtre

Dimensions variables

Un centre autour duquel le corps s'équilibre.

Des matrices suggérées, lieux de gestation possible, tranches qui s'érigent et le canon antique trouve des échos. Les strates s'empilent dans une construction qui oscille, légère déviance de l'axe, la gravité assoie leur apparente stabilité. Tenir vertical, souligner les coupures dans une ombre portée puis déportée sur les aspérités. Vénus anonymes comme autant de pièces à assembler pour dessiner l'espace. L'enveloppe charnelle dressée en piliers devient ossature, l'épine est dorsale, architecturale, et le déplacement s'invite dans la sinuosité des vides. Résonance des formes dans leur disparité, signifiance du détail, exhibitions pudiques ; le temps se fige dans la matière.

 

Caryatide : colonne à figure de femme dans le monde gréco-romain.

 

My centre is one around which the body balances itself.

The wombs, hinted at here suggest possible places of gestation; slices erected into columns that echo those of antiquity. While the layers of bellies generate a sense of oscillation, shifting lightly from the central axis, the force of gravity assures their stability. Their verticality emphasises the shadowy ruptures as light and shade plays over the swelling flesh of each element. Anonymous Venuses, like so many of the elements brought together to describe space. Columns of fleshly frames themselves become a skeleton, the spine is architectural, and in the sinuosity of the empty spaces the sense of perception shifts. Resonant of the diversity of form, of the significance of detail, an exhibition of modesty, of time which is fixed in material.

 

Caryatid: Greco-Roman column on the form of a woman.




Stéphane Étroit

Aria

2017

39 éléments

Mine graphite sur papier Hanhemühle,

papier Wenzhou, mini-ventilateurs, câblage électrique, salle blanche

30x30 cm chaque dessin

285x438x11 cm l'ensemble

Un souffle léger éteint le noir.

La mécanique des vents chante en secret le retour au blanc des papiers.

Et réanime un temps l'insouciance des printemps.

A-fin

 

A light breeze snuffs the dark.

The mechanism of the wind sings in secret of the retreat to whiteness of the paper.

And revives for a moment a carefree time of spring.

Never end




Charles Gallissot

Sans titre

2017

Encre sur papier

200x150 cm

Dessin ouvert et fermé,

il a son poids.

Lignes, au milieu recouvertes de noir,

c'est la même chose,

quelque chose de caché et en même temps présent par le poids.

 

A drawing both open and closed,

it has its own weight.

Lines, covered in the middle with blackness,

it’s the same thing,

something hidden and at the same time present in its weight.




Aurélie Gatet

Pendant

2017

Installation sonore et matériaux divers

Dimensions variables

22 minutes  / diffusion en boucle

Je crée un univers à une autre échelle, traversé par une onde sonore.

Que transmet la matière ?

Que se passe-t-il en surface ?

Pendant ?

Retrouvailles avec mes jouets ?

Sait-on jamais d'où vient a fraîcheur ?

 

I create a world at another scale, crossed by a resonant wave.

What does the material transmit?

What’s going on at the surface?

While?

Reunions with my playthings?

Can we ever know where freshness originates?




Bernard Gilbert

Eohypirécent

2017

Technique mixte sur papier et phare

Configuration actuelle : dessin > 440x50 cm / texte > 440x5 cm

...et bang et big, et big et bang, avis de grain blanc.

 

L'épicentre est à l'hypocentre ce que celui-ci est à son opposé.

(Dictionnaire des proverbes Double-Face. Ed. BG 2017)

 

...ça bouge tout là-haut, ça déménage. Glaciale incandescence, ça chauffe à blanc.

 

Un dessin panoramique à géométrie variable, évolutif dans sa croissance, l'hypocentre ou épicentre (c'est selon) est actuellement composé de 10 modules interchangeables et se déplie au gré des conditions d'exposition.

 

Plus bas, un raz-d'eau ; ça brasse. Taux d'hygrométrie élevé et advections, ça remue sec. De longueur relative aux circonstances d'accrochage, un texte bulletin météo (hypocentre ou épicentre) se développe en boucle.

 

Les deux parties se font écho. Entre elles, le vide sidérant "l'hyeopirécent ou éohypirécent".

 

...de séismes graphiques en cours ou à venir, l'hyeopirécent/eohypirécent ce maelström de mots, de stylo-bille, de pointe feutre, de fusain, de mine de plomb, d’aérosols et autres outils traçants, métaphore du magma originel, de la soupe première, est en attente de la prochaine collision. État temporaire de séismes graphiques en cours ou...

 

...and bang and big, and big and bang, announcement from the white spot.


‘The epicentre is at its hypocentre what this is in opposition.’

(Dictionary of proverbs ‘Double-Face’ Pub BG 2017)

 

…it moves, on high, it shifts home. Glacial incandescence, it heats white.

 

A panoramic drawing with a varying geometry, evolving as it grows, the hypocentre or epicentre (up to you) is built from ten interchangeable modules and unfolds according to the context of the exhibition.

 

Lower down, a tidal wave churns. Water levels and currents swirl and toss. At a length depending on the context a meteorological record (a hypocentre or epicentre) expands in a loop.

 

The two elements create an echo. Between them a staggering void opens “the ‘hyeopirecent’ or the ‘echipirecent’ “.

 

…graphical earthquakes happening or to come, the hyeopirecent/echipirecent this maelstrom of words, pen-points, felt pen, charcoal, lead, aerosols and other markers, metaphors of the original magma, the primeval swill, awaiting the next collision. The transient state of graphic seismic events which...




Philippe Laurençon

Ellipse I

2016

Sténopé sur négatif 4x5 inch

Tirage pigmentaire sur FineArt Rag Baryta 315 g contrecollé sur dibond 3 mm

120x100 cm

Ex. n°3/5

Réalisé pendant une représentation du spectacle Secret (temps 2) de Johann Le Guillerm, ce sténopé est une proposition pour une image subjective de la révolution spatiale des installations plastiques créées par l'artiste, entre équilibre stable et instable, construction et destruction de l'objet fabriqué, avec l'intention de rendre tangible le tour du point, objet de recherche de Johann Le Guillerm.

Ce travail fait l'objet d'une série photographique dont la capture s'opère depuis le projet Attraction de la compagnie Cirque ICI.

 

Created during the performance of Secret (Temps 2) by Johann Le Guillerm, this pinhole suggests a subjective image of the plastic installations created by the artist, revolving in space and oscillating over time between stability and instability and the construction and destruction of the object. To make available this expansion from a point is the objective of the research of Johann Le Guillerm.

In turn his work is the object of a photographic series captured as part of the project, Attraction of the ICI Circus company.




Isabelle Le Morvan

Estran

2017

Dessin

Pigments purs sur papier

1000x140 cm

L'estran est cette espèce d'espace qui varie dans le jeu des marées : surface découverte entre le point le plus haut de la mer sur la grève et le point le plus bas dans le retrait des vagues. C'est le lieu du dépôt des galets, violemment roulés par le fracas de l'eau, des coquilles et carapaces usées jusqu'au lustre, des déchets parfois transformés en fortunes de mer. C'est le lieu des rencontres fortuites entre le légitime et l'improbable.

Un galet, ramassé jadis dans les balades côtières, sert d'outils. Trempé dans les pigments purs, il joue le flux et le reflux dans son déplacement sur la page, le dessin émerge de ces innombrables passages qui trament le rouge.

le rouge raconte.

 

Estran is a kind of space that varies with the play of the tides : a surface discovered between the highest reach of the sea upon the shore and the lowest point in the retreat of waves. It is where pebbles are laid down after violent rolling in turbulent water, where shells worn to sheen, and flotsam sometimes transformed by their fortunes at sea are all deposited. Here is the place of chance encounters between the real and the improbable.

A pebble, once collected on a coastal walk, serves as tool. Soaked in pure colour, it replays the swash and backswash as it is moved along the page; the painting emerges from innumerable passes traced in red.

The red explains.




Patrice Lefèvre

E(phi)centre

2017

MDF, Plexiglas, lampe froide, gélatine rouge, verre organique et carré d'argile

100x25x25 cm

E(phi)centre est à mi-chemin entre un volume minimal lumineux et un module observatoire.

Le dispositif permet de voir évoluer dans le temps de son exposition, un carré de terre d'argile aux divines proportions.

En suspension, au-dessus d'une lumière magmatique et continue, la dalle verte aux propriétés cosmétiques est à l'image d'un paysage fragmenté épidermique qui craquelle, se fissure, subit le dessèchement, les assauts et tremblements de nos déplacements et du temps.

 

E(phi)centre is half way between a minimalist luminous volume and an object of observation.

This installation allows us to watch, over the duration of the exhibition, the evolution of the ‘divine proportions’ inside a square of clay.

Suspended above a continuous magmatic lamp, the green coloured slab represents the skin of a fragmented landscape which cracks and splits under drought, and under the assaults and shaking of our movements and the impact of time.





Thierry Perrot

Aux cœurs

2017

Fragments d'un arbre et structure métallique

853x80x50 cm

Éclats

2017

10 éléments en céramique émaillé

300x19x7 cm

Clastes

2017

30 éléments en céramique émaillé, acier

235x100x90 cm

L'arbre est encore là, dans la mise à nu de sa charpente.

La naissance des branches en son cœur déploie par ondulations successives des pages d'histoire : on compte les années mais on y devine également, dans l'épaisseur des lignes, le temps de la pluie et celui de la restriction, la longue et lente organisation de la ramure qui part à la conquête de la lumière.

Le temps s'écrit.

Les nœuds de croissance dont la forme évoque celle des tornades se sont figés dans l'argile de la céramique et convoquent à leur tour d'autres images : celle de l'outil qui sert à fendre, Éclats, celle de la projection des Clastes au cœur du volcan. Le rouge en souligne l'incandescence et la brutalité, la puissance des feux originels, la tristesse des blessures.

Voyage du centre vers la périphérie.

Épicentre.

 

The tree is still there, in the nakedness of its planks.

At its heart, the birth of its branches displays the pages of history in successive waves; you can count the years but from the thickness of the lines you can also guess at seasons of rain and of drought, the long and slow organisation of foliage which embarks on its conquest of light.

Time writes itself.

Knots in the wood take the form of tornados are fixed in ceramic clay and invite other images in turn: those of the tool used for splitting them. Splinters, those of the eruption of Clastes from the heart of a volcano. Red emphasises the incandescence and brutal force of the fires at their origin - and the tragedy of wounds.

A journey towards the periphery from the centre.

Epicentre.




Lionel Redon

17 min 56 sec 15 dixièmes*

2017

Argile, ampoule électrique

120x190 cm

* Étude géomorphologique** d'un paysage

** Géomorphologie : la géomorphologie est l'étude scientifique des reliefs

et des processus qui les façonnent, sur les planètes telluriques

Tremblement de terre

Tremblement de la terre

Tremblements sur la terre

Les ondes sismiques sont classées en deux catégories :

les ondes de volume

les ondes de surface

L'effet des ondes de surface est comparable aux rides formées à la surface d'un lac lorsqu'un objet vient troubler la platitude paisible de celle-ci, tandis que les ondes de volume se propagent à travers les matériaux.

Les ondes de surface sont moins rapides que les ondes de volume mais leur amplitude est généralement plus forte et elles concentrent le maximum d'énergie.

On distingue deux types d'ondes de surface : l'onde de Rayleigh et l'onde de Love...

NDLR

 

Earth-quake

Shaking of the earth

Trembling on the earth

Seismic waves are classed in two:

Waves in their volume

Waves on the surface

The effect of surface waves is comparable to the ripples forming on the surface of a lake when an object troubles its peaceful flat surface, while volumetric waves diffuse through matter.

Surface waves spread less rapidly than volume-waves but their amplitude is generally greater and they maximise the concentration of energy.

Surface waves come in two types: those of Rayleigh and of Love…

NDLR




Étienne Rivière

Contrechamp

2017

MDF, Plexiglas, dispositif magnétique, limaille de fer, moteur

121,4 cm de diamètre

10 cm de hauteur

Comment voir ce qui n'est pas visible ?

Le phénomène se lit quand le dessin s'invite à la surface.

Les composantes s'attirent et le dispositif s'anime.

Un souffle sans le vent. La marée sans les vagues.

Les déplacements sont manifestes.

 

How to see what is not visible?

This phenomenon can be read through the painting’s surface invitation.

Its elements attract and its dynamics animate it.

A puff without wind. A tide without waves.

Its shifts express themselves.




Malika Uhlen

Mouvement d'enfance

2016

Trois impressions sur papier texturé

30x40 cm chaque élément

Tourbillonner

Le corps emporté dans un mouvement centrifuge

Dont le centre nous échappe

Tomber

Immobilité vacillante

Tomber dans le ciel

Telle une ivresse d'enfance.

Seule s'inscrit la trace à l'épicentre.

 

To swirl

The body is to twist it in a centrifuge

Whose centre escapes us.

To fall

Vacillating stillness

To fall in the sky

Such a childhood rapture.

This alone is how the pathway to the epicentre is to be registered.



© Les Ateliers de l'Esperluette – 2016-2017-2018-2019