Second souffle

7 juillet > 8 septembre 2019


Jérémy Asmont

Marion Delage

Stéphane Étroit

Isabelle Le Morvan

Lionel Redon

Étienne Rivière

Septième année d'aventure, recomposée, tant dans sa forme que dans l'écriture du trajet, Second souffle nous amène à revisiter nos gestes artistiques ; le dessin devient sculptural, l'espace se raconte dans la peinture, le lieu s'investit comme œuvre à part entière, les intimités s'affirment.

 

Respirer.

C'est oser le propos et ce qu'il dévoile d'une histoire. Au-delà des images portées par un filet d'air, les œuvres en proposent le voyage, parfois dans le fracas, parfois dans d'infimes palpitations.

 

Cette nouvelle édition des Ateliers de L'Esperluette convoque les mémoires : un souffle léger qui apaise la brûlure ou ondule la voile, une poussière d'argile qui prend forme et honore les ancêtres, des corps qui se dressent pour ne pas s'achever, des nuées qui nous soulèvent. 

Après la houle.




Jérémy Asmont

Abords

2019

Installation avec quatre modules lumineux

Fumée, verre, bois

Dimensions variables

Évasion.

 

Dans les méandres des souvenirs, un voile m'envahit.

 

Invitation à la rêverie, partir. Derrière le brouillard : l'inconnu.

 

La brume me saisit vers un ailleurs.




Marion Delage

Dépouille

2019

Papier mâché de confettis, ballon de baudruche, moteur, tuyau

Échelle 1

La forme est celle du coffre emprunté, les ouvertures sont nécessaires pour s'en défaire et s'y glisser. Elle ne cherche pas à être autre chose que ce qu'elle est : écrin des organes vitaux. Elle dit ce qu'il reste après la bataille, palpitante, dans un rythme continu qui marque les battements du temps, dans la mise en scène d'une respiration possible.

 

Quand la matière, parcellaire, en appelle au volatil, s'envole et s'éparpille, le matériau s'amalgame et vient défier le souffle. La couleur existe déjà, pose une certaine dérive mais les analogies résistent.

 

Quand le héros est déchu, le gisant se redresse.




 Stéphane Étroit

Vents contraires

(Trois études de branches)

2019

Médium, ventilateurs, mine graphite et encre acrylique sur papier Canson

Trois éléments

271x50x50 cm chaque élément

Trois colonnes.

Trois érections.

Trois mouvements, hauts.

 

Dans la redite, la relecture et la relance, se révèle la volonté du prolongement.

 

Trois branches mortes rouvrent le chapitre insatisfait des désirs et des aspirations.

Trois points en suspension marquent l'endurance et la continuité.

Trois vents contraires soufflent le refus de la montée des cendres.




Stéphane Étroit

Jachère (One hour drawing)

2015-2016 / 2019

Médium, ventilateurs, mine graphite et encre acrylique sur papier Hahnemülhe

365 dessins, 5 carnets

20x20x3 cm chaque carnet

130x160x50 cm l'ensemble

J'entamais la fin de l'été 2015 en dessinant à raison d'une heure par jour quelques herbes folles d'une jachère dans un carnet. Je prolongeais pour moi-même ces rendez-vous une année entière, avant de refermer définitivement cette respiration.

Deux ventilateurs ne tournent pas aujourd'hui la page ; deux ventilateurs viennent mettre du vent dans les feuilles que je pensais éteintes.




Isabelle Le Morvan

Amer

2019

Dessin mural : encres métallique et acrylique

300x450 cm

Suspension : crochets métalliques, œillets, fil nylon

Espace entre deux vagues

Sous la brume, un clocher, une tour, un ensemble d'arbres ou de roches viennent au secours des marins perdus : ce sont les amers.

 

Ils signalent la proximité du territoire convoité.

 

Rencontre de l'immensité marine et du jardin intime, touchante réunion du lieu et de l'espace, du désir et de l'angoisse, du fluide et de l'érigé.




Lionel Redon

CTRL+ALT+A / SOLILOQUES x9

2018

Huile sur toile

9 éléments

73x60 cm chaque élément

Second souffle : prendre un nouveau départ après une période de doute ou une défaillance.

 

Dès lors que nous sommes investis dans un processus de création, le second souffle semble intrinsèquement lié au développement du travail et cette quête régénératrice m'apparaît comme la tâche de fond du créateur.

 

L'interaction entre soi et cette tâche de fond n'a probablement rien de véritablement conscient, mais elle est là, dans un processus de réactivation perpétuelle.

Un Sisyphe mental invisible.

 

L'acte de création est un acte hautement solitaire, voire intime et réfléchir à une thématique comme celle du second souffle ressemble fort à un exercice d'introspection.

 

Soliloques.




Étienne Rivière

גולם

 (De l'hébreu Golem : embryon, informe ou inachevé)

2019

Médium, argile, néons, Plexiglas, dispositif sonore / La disparition, Georges Perec

180x95x72 cm

On modela un colosse d’argile dans un but protecteur. Le mot EMET (אמת, vérité) gravé sur son front lui insuffla la vie. Lorsqu’il se détourna de ce pour quoi il avait été créé, on effaça le E. devenu MET (מת, mort), La sentence était assénée.

 

Une voix sans souffle résonne. Elle déclame, mécanique, les mots de l’auteur sans que jamais la lettre E ne soit prononcée. Étrangeté d’une présence qui récite sans mesurer, dans une théâtralité où la disparition se redouble. L’argile est la matière première et la poussière.

La lumière écrit le vital.

Le socle est un tombeau.



© Les Ateliers de l'Esperluette – 2016-2017-2018-2019